lundi, 06 janvier 2020 11:50

Le storyboard

Il est utilisé dans des domaines aussi variés que la bande dessinée, la publicité, le grand écran, les séries TV, l’animation, les jeux vidéo ou le graphisme. Le storyboard (histoire dessinée) est un moyen pertinent et efficace de créer une histoire et de la mettre en œuvre rapidement pour la soumettre à un jury, une maison d'édition ou une maison de production.

Qu'est-ce qu'un storyboard ?

 

Concrètement, le storyboard désigne un document papier ou sur support numérique, qui permet de mettre en images une histoire, généralement animée par la suite. Il est beaucoup utilisé dans le domaine de la bande dessinée ou du manga ; le dessinateur ou auteur met en forme les plans de chaque case ou de chaque scène, étape par étape, pour avoir une vision globale du scénario et de la façon dont il va se dérouler.

 

Le storyboard est ensuite étudié par le producteur ou l'éditeur et lui permet de comprendre rapidement l'histoire qui lui est narrée sans pour autant que celle-ci soit mise en forme, donc sans utiliser de moyens considérables pour cela.

 

On pourrait résumer son utilité à un synopsis imagé qui inclura les principales scènes ou les plans majeurs du scénario. Les maisons d'édition ou de production demandent presque systématiquement un storyboard lors d'une proposition de projet, en plus du script et des dialogues. C'est le meilleur moyen de résumer l'histoire d'un film, d'une série ou d'un projet de BD en un temps relativement court.

 

Si vous avez besoin d’aide, n’hésitez pas à faire appel à votre graphiste à Bordeaux.

 

Créer son storyboard

 

Pour faire votre propre storyboard, il est important de respecter quelques règles qui permettront de le rendre plus lisible et facile à comprendre.

 

Avant tout, sachez qu'il n'y a pas besoin de savoir dessiner (même si cela peut être aidant) pour réaliser son propre storyboard, des « bonhommes bâtons » peuvent très bien faire l’affaire. Il représente de simples croquis dessinés rapidement et sans beaucoup de détails. Il définit un cadre, une intention.

 

On en vient donc à la première règle qui permet de faire son propre storyboard : il faut que l'on comprenne visuellement la scénarisation. Même sans entrer dans les détails, le but est que chaque plan indique à la fois le point de vue que prendra la scène, mais aussi que l'on sache repérer rapidement les différents personnages et lieux. Sans pour autant prendre le temps de détailler l'arrière-plan et l'environnement dans son aspect le plus complet. Dans un premier temps il doit correspondre à une esquisse.

Puis votre storyboard va évoluer : il se précisera peu à peu avec des volumes, du mouvement de manière à mettre en forme votre idée avec des dessins et des représentations plus travaillé·e·s. Il servira alors de véritable plan de conception.

Enfin, ne pas être trop long. Il peut parfois être très tentant de détailler toutes les idées que l'on a en tête, mais pour que le storyboard soit le plus épuré possible, il faudra absolument vous limiter et offrir un simple synopsis des événements. Votre histoire animée s’affinera peu à peu vers le projet final, les détails de chaque scène seront travaillés par la suite, avec l'éditeur, la maison de production qui s'occupera de votre projet.

Plus dans cette catégorie : Ne pas jeter sur la voie publique »

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'entrer toutes les informations requises, indiquées par un astérisque (*). Le code HTML n'est pas autorisé.

© 2020 Boogie Graphie. Tout droits réservés. Réalisation de : Agence SEO Bordeaux
Boogie Graphie
Graphiste à Bordeaux
13 Rue de Castrillon
33320 Eysines
Tél : 06 26 48 16 69